Mairie de Grenoble : le 11 décembre GRÈVE des agents d’entretien, des ATSEM et des Animateurs. PAS DE REPAS POUR LES ENFANTS DES ECOLES

Ce mardi 11 décembre, le personnel des écoles de la ville de Grenoble, sera en grève. Ce personnel mal payé et aux conditions de travail difficile a décidé de cesser le travail mardi midi. Conséquences : il n’y aura pas de repas servis dans les écoles.

Ils et elles dénoncent les mauvaises conditions de travail, la massification des emplois précaires et les salaires bas (entre 500 € et le Smic). Par exemple, l’entretien dans les écoles est fait en grande majorité par des femmes, et beaucoup sont précaires depuis des années (parfois 17 ans), à temps incomplets imposés, payées en fonction des besoins, appelées parfois le matin pour quelques heures puis renvoyées chez elles sans garantie d’être rappelées le lendemain. elles veillent alors chez elles dans l’attente. Si elles ne répondent pas ou refusent l’offre elles risquent de ne plus être appelées du tout. La mairie impose également des CDD de 11 mois qui commencent mi-août et se terminent mi-juillet, sans aucune perspective de titularisation, et sans espoir d’un temps complet.

Ces employés en ont assez : « on nous demande d’en faire toujours plus, nous sommes épuisées et on nous harcèle quand on tombe malade… les arrêts-maladie ne sont pas remplacés, les autres doivent assumer la surcharge de travail… nous subissons la pression managériale. Nous ne sommes pas respectées ». « Comme les gilets jaunes, NOUS LES BLOUSES BLEUES en avons assez. Comme les chômeurs et les précaires vivant dans des quartiers pauvres ou ruraux, populations ignorées des pouvoir publics, nous travaillons dans l’ombre, nous sommes des invisibles, oubliées et méprisées par notre employeur ».

Dans un communiqué du 5 décembre, le Maire Éric Piolle a le toupet de donner des leçons au gouvernement : « J’appelle le gouvernement à enfin réorienter son action en alliant justice sociale et transition écologique ». Dans une déclaration le 28 novembre, il déclare « Face aux premiers de cordée, face à ceux qui ne sont rien, ici on réaffirme notre commune humanité ». Mais de quelle humanité s’agit-il ? Comment ce maire peut-il encore user du terme “justice sociale” ? Lui qui est responsable d’une précarité massive, lui qui développe la pauvreté dans sa mairie et qui refuse toute négociation pour améliorer la situation.

Au total il y a près d’un millier de travailleurs et travailleuses précaires sur la ville, sans perspective d’emploi à temps plein, sans aucune chance d’évolution professionnelle, sans avenir autre que la pauvreté.

Ces invisibles seront en grève mardi 11 décembre

Ils/elles diffuseront, devant les écoles, des tracts aux parents pour expliquer pourquoi il n’y aura pas de repas pour leurs enfants.

Ils/elles se rassembleront à l’arrêt de tram Chavant de 12h15 à 13h00 où elle distribueront une information aux Grenoblois.

Mairie de Grenoble : le 11 décembre GRÈVE des agents d’entretien, des ATSEM et des Animateurs. PAS DE REPAS POUR LES ENFANTS DES ECOLES