Grève de l’éducation nationale : “Les fausses notes de Blanquer rendent les grévistes gagnants”, le point à Grenoble

Le ministre Blanquer est seul responsable de la situation chaotique d’aujourd’hui par ses mensonges et son mépris du personnel de l’éducation nationale mais aussi des règles de droit les plus élémentaires. Devant des injonctions manifestement illégales au regard des articles du code de l’éducation, en particulier avec cette invention de “note provisoire” dont le seul but était de ne pas perdre la face médiatique, par orgueil, il a perdu pied et emmené avec lui collègues, parents d’élèves et élèves dans la tourmente.

 

Par exemple sur Grenoble, nous apprenons les éléments suivants  :

  • Au Lycée de Vaucanson : des jurys ont refusé de rentrer les notes du livret scolaire et le rectorat met la pression pour mettre 0/20 à la place.
  • Au Lycée Bergès : les deux-tiers des jurys ne se sont pas tenus du fait de notes manquantes.
  • Au Lycée Marie Reynoard de Villard-Bonnot, aucun jury n’a délibéré.

Parfois les IPR tentent de remplacer les présidents de jury au mépris de sa pleine souveraineté.

Malgré les tentatives du ministre pour nous monter les uns contre les autres, le syndicat lycéen UNL se prononce contre le remplacement des notes du baccalauréat par des notes de contrôle continu.

Les directives du ministre ne peuvent générer que plaintes des élèves, des personnels et syndicats.

De plus, devant la panique, des tentatives d’intimidations se multiplient. Mais nous n’avons plus peur. Nous avons donc décidé de rendre les copies demain à partir de 14h, pour les élèves, car nous avons remporté la première bataille face au ministre Blanquer à qui nous donnons RDV à la rentrée.

L’action collective restera de mise face au non-sens du gouvernement et à ses réformes néfastes pour le service public d’éducation.

SUD éducation Grenoble

✊ "On est là, on est là, même si Blanquer nous aime pas nous on est là, on ne laissera pas détruire nos collègues de République"Soutien total à Caro et Sabine, menacées de mutation disciplinaire : Répression collège République #NonALaRepressionSyndicale

Publiée par Sud éducation Paris sur Mercredi 3 juillet 2019

ci-dessous le Communiqué de l’AG éducation du 04/07/19 à Grenoble : Les fausses notes de Blanquer rendent les grévistes gagnants.

(Soutenu par CGT Educ’action, CNT, FO, FSU, SNALC, SUD éducation, collectif éducation 38)

Notre mobilisation est historique, jamais les personnels n’ont été contraint.es d’utiliser aussi massivement cet ultime moyen d’action : la grève pendant les examens du Brevet et du Bac. Nous avons décalé la remise de nos copies à demain et Blanquer a paniqué et de nouveau menti : menaces de 15 jours de retrait de salaire sans fondement juridique mais surtout attribution de notes provisoires en dehors de tout cadre légal permettant l’équité de traitement entre les candidat.es. La situation dans les centres d’examen est chaotique par le manque de prises de responsabilité de notre ministre.

Notre décision est à la mesure de la dangerosité de la situation avec un ministre aussi radicalisé et autoritaire, spécialiste de communication mensongère. Son mépris est insupportable et son projet pour l’école de « la mise en concurrence » est incompatible avec un vrai service public d’éducation. Les mensonges de Macron et de Blanquer deviennent grossiers.  Ainsi  400 écoles ferment  malgré la promesse contraire.

Durant cette année, nous avons été nombreux.euses à avoir relevé la tête et combattu la résignation avec les moyens dont nous disposons : grève lycéenne réprimée, journées  écoles et collèges morts organisées par les parents d’élèves et grèves/actions (information, occupation…) par les personnels. Cette dernière épreuve de l’année avec la grève des examens, n’est pas la fin du mouvement mais le début de la mobilisation de la rentrée où nous disposons de nos outils de lutte : réseaux, caisse de grève, liste de diffusion….

Aujourd’hui, alors que le ministre fanfaronne et ment, nous savons que nous avons gagné : pas contre son projet de l’école de la confiance mais parce que nous avons retrouvé la confiance entre nous et contre lui. Nous avons écorné son image et mis à jour la réalité de l’école de la méfiance. Nous avons décidé de rendre les copies demain :

11H : Conférence de presse et rassemblement au Rectorat de Grenoble

14h : Remise de copies à Louise Michel, puis Vaucanson et Berges

Nous sommes convaincu.es, tout comme le mouvement des gilets jaunes, des hôpitaux, des pompiers…. de la nécessité de lutter activement et collectivement. La rentrée scolaire 2019 sera catastrophique pour les élèves et les personnels (suppression de poste, augmentation des effectifs, précarisation, dégradation de l’inclusion des élèves en situation d’handicap…)  et nous appelons d’ores et déjà à :

  • élargir le front contre les réformes qui détruisent le service public et la fonction publique avec une convergence entre élèves, étudiant.es, parent.es et personnels dès septembre.
  • interpeller les différents syndicats nationaux afin qu’ils prennent leur responsabilité en appelant à une véritable construction d’au moins une journée de grève interprofessionnelle de la fonction publique en septembre.
  • organiser des heures d’info syndicales le jour de la pré-rentrée afin de commencer le travail de sensibilisation et construction de la mobilisation contre les réformes Blanquer (refus de missions telles que Prof Principal dans le secondaire, boycott des évaluations dans le primaire…)
  • participer à la solidarité en abondant la caisse de grève pour minimiser l’impact financier des grévistes et pouvoir repartir plus sereinement à la rentrée : https://www.helloasso.com/associations/ag-de-l-education-academie-de-grenoble-via-sud-education
  • AG Education : mercredi 11/09, 14h, bourse du travail de Grenoble
Grève de l’éducation nationale : “Les fausses notes de Blanquer rendent les grévistes gagnants”, le point à Grenoble